Les sites du réseau



Le magazine

Voir le dernier numéro S'abonner à Recrut.com

Les points de diffusion


Le Guide de l'alternance

Voir le guide Commandez le Guide !




Les prochains salons

  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (...
    le 07/09/2017Voir
  • Forum Emploi Initialis – Recrutement Nati...
    le 12/09/2017Voir
  • Job Salon Carrières Commerciales - Relatio...
    le 14/09/2017Voir
  • Job Rencontres Carrières Commerciales - Re...
    le 14/09/2017Voir
  • LHR Emploi, salon emploi hôtellerie-restau...
    le 21/09/2017Voir
  • Salon ACCESS MBA & MASTERS
    du 22/09/2017 au 23/09/2017Voir

21 279 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Loi Travail : les accords offensifs s’invitent dans l’entreprise

04/01/2017

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

L’article 22 de la Loi Travail est entré en vigueur le 30 décembre dernier. Bien que moins discuté que le plafond des indemnités prud’homales ou l’inversion de la hiérarchie des normes, il est source de potentiel bouleversement pour les salariés en ce qu’il instaure des « accords offensifs » modifiant leurs modalités de travail.


Ces APDE (Accords de Préservation ou de Développement de l’Emploi) permettent aux entreprises d’adapter temporairement les conditions de travail de leurs employés, notamment la durée de travail et la rémunération. Déjà permises par les AME (Accords de Maintien dans l’Emploi) mais uniquement en cas de difficultés économiques, ces modifications sont désormais autorisées sur simple décision de l’employeur.

Concrètement, celui-ci peut décider de vous faire travailler plus sur une période donnée. S’il lui est interdit de vous payer moins que la moyenne des trois derniers mois pré-APDE, il n’a pas pour obligation de vous payer plus en contrepartie de cet effort supplémentaire. Pas de baisse de salaire, donc, mais une baisse possible de votre rémunération horaire.

Le salarié a un mois pour signer l’accord ; l’absence de réponse est considérée comme une validation. En cas de refus, l’employeur peut recourir à un licenciement  pour « motif spécifique » qui ouvre à l’actif concerné un « parcours d’accompagnement personnalisé » d’un an et une allocation particulière. Il peut néanmoins perdre cette dernière en cas de refus d’une formation, d’une offre de reclassement ou de deux offres raisonnables d’emploi par Pôle Emploi.

Les derniers articles

  • Trois questions sur la réforme du compte pénibilité
  • Emploi : le gouvernement s'engage sur l'économie circulaire
  • Les animaux de compagnie débarquent dans l’entreprise
  • Classer pour licencier : le scandale Sanofi
  • Indemnités prud’homales plafonnées : pourquoi ça fait débat


  • Consultez: 21 279 offres

    Consultez: 32 526 formations

    Les derniers articles

  • Trois questions sur la réforme du compte pénibilité
  • Emploi : le gouvernement s'engage sur l'économie circulaire
  • Les animaux de compagnie débarquent dans l’entreprise
  • Classer pour licencier : le scandale Sanofi
  • Indemnités prud’homales plafonnées : pourquoi ça fait débat







  • © 2017 Recrut.com