Votre bonne résolution professionnelle 2018, c'est de...
      

      

Les sites du réseau



Le magazine

Voir le dernier numéro S'abonner à Recrut.com

Les points de diffusion




Les prochains salons

  • #DevenezMagistrat : inscriptions aux conco...
    du 15/01/2018 au 15/03/2018Voir
  • 100 jours pour entreprendre
    du 15/01/2018 au 25/04/2018Voir
  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (...
    le 22/02/2018Voir
  • Salon des 1 000 emplois (Marseille)
    le 22/02/2018Voir
  • Paris pour l'emploi des jeunes 2018
    le 06/03/2018Voir
  • Forum Emploi Seniors 2018
    le 07/03/2018Voir

47 260 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Insolite : être maladroit peut aider à trouver un emploi

17/01/2018

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Insolite : être maladroit peut aider à trouver un emploiPersonne n’est parfait, et c’est en soit une très bonne nouvelle. En effet, des études psychologiques démontrent que l’humain, imparfait par nature, préfère les gaffeurs aux élèves modèles et ce, y compris dans le domaine professionnel. De quoi soulager la pression de l’examen ou de l’entretien d’embauche.

 

Perfectibilité, synonyme d’humanité

Il la trouve belle, ne peut détourner son regard d’elle, percute un lampadaire. Elle rit, c’est gagné : le début d’une histoire. Ce scénario digne d’une comédie romantique stéréotypée n’est peut-être pas si éloigné de la réalité qu’on ne le pense si l’on en croit les études menées autour du « pratfall effect » (« pratfall » désignant, dans la langue de Shakespeare, une chute sur le postérieur). En 1966, le psychologue et professeur américain Elliot Aronson mène une série d’expériences qui l’amènent à conclure que la gaffe, la maladresse, peut augmenter le capital sympathie des individus. Malgré ce que nous dicterait notre intuition, renverser le café du recruteur lors de l’entretien d’embauche ne condamne donc pas nécessaire votre candidature. Bien au contraire : en vous excusant, vous affirmez votre perfectibilité. « Votre gaffe vous humanise », résume le professeur de stratégie Olivier Sibony, et vous place dans le camp des semblables pour votre interlocuteur. La perfection, à l’inverse, peut effrayer, tant elle est anormale. Elle est par essence inhumaine, louche et donc peu attirante.

Paradoxalement donc, la lacune est source de crédibilité. Ne dit-on pas couramment qu’une chose est « trop belle pour être vraie » ? Le concept est tellement vérifié qu’il est aujourd’hui récupéré par le marketing, qui parle de « blemishing effect » (de « blemish » : la tache, le défaut). Le petit accro dont il est ici question, c’est la mauvaise critique sur le site de notation qui va rendre les dix critiques positives sincères aux yeux de l’internaute. C’est le grain de beauté sur la lèvre de Cindy Crawford qui la distingue des mannequins lisses et « fait tout son charme ». Aujourd’hui, nombreuses sont ainsi les marques et personnalités à se montrer volontairement dans des positions embarrassantes pour se rapprocher de leur public cible et augmenter leur capital sympathie.

 

Lire aussi : Insertion des jeunes : l'ascenseur social (toujours) en panne

 

Effet Praftfall et effet loupe

Les hommes et femmes politiques ne sont pas en reste et ont depuis longtemps compris la force de la faille assumée [voir encadré]. Mais sur ce point comme sur de nombreux autres, la différence est profonde entre une culture américaine qui valorise la maladresse si elle est assumée et constitue la première étape d’un rebond, et une culture française pour qui l’infaillible constitue encore un idéal vers lequel il faut tendre. Malgré cette distinction, le « pratfall effect » ne semble pas dépendre du contexte culturel des personnes concernées.

En revanche, il dépend fortement de la réputation en amont du maladroit. De fait, l’ « effet gaffe » est avant tout un effet loupe, qui accentue l’image a priori que renvoie une personne. Ainsi, la gaffe d’un individu jugé plutôt positivement, sérieux ou doué, rendra celui-ci sympathique car humain ; elle enfoncera au contraire quelqu’un dont on soupçonnait l’incompétence. Un exemple parfait de cette différence de traitement nous fut offert sous la présidence de François Hollande. En novembre 2015, la nouvelle jeune ministre du travail Myriam El Khromri gaffe sur un plateau télé : elle bafouille sur les conditions de renouvellement du CDD. Clouée au pilori de l’opinion, elle ne parviendra jamais à effacer cette petite tache de son parcours personnel. Pourtant, le prix du petit dérapage était détenu par un autre membre du gouvernement, un certain Emmanuel Macron à l’économie. Celui-ci avait choqué un an plus tôt en qualifiant d’illettrées les salariées d’une usine, un incendie potentiellement dévastateur mais qu’il était pourtant parvenu à éteindre en s’excusant publiquement devant les députés. De là, ses « gaffes » avaient peu à peu séduit une partie de l’opinion, qui a fini par y voir des « discours de vérité ». Une leçon qu’E. Macron parait avoir oublié aujourd’hui, nouvellement converti à la verticalité du « jupitérisme », mais que semble aujourd‘hui porter son premier ministre. En août 2017, lors de sa première sortie télé, celui-ci avait choisi de reconnaître ses lacunes… pour mieux souligner son sérieux à vouloir étudier les dossiers concernés. Un « pratfall effect » dûment maîtrisé, en somme.

 

Le « pratfall » du président

« La victoire a mille père, mais la défaite est orpheline. » En 1961, le jeune et beau et intelligent John Fitzgerald Kennedy, nouveau chouchou de l’Amérique, vient à peine d’arriver au pouvoir qu’il subit un revers aussi stratégique qu’incontestable à Cuba. De quoi entacher a priori son aura et donner du grain à moudre à ceux qui, s’appuyant sur son jeune âge, ne l’estiment pas à la hauteur de son rôle. Loin de se laisser abattre, JFK surprend en adressant à la population une allocution télévisée dans laquelle il reconnaît son erreur et en assume l’entière responsabilité. C’est cette maturité, plus que l’échec initial, que les Américains retiennent et la popularité du nouveau président explose. Aujourd’hui, cet épisode constitue l’exemple type du « pratfall effect ». D’autres, comme le Professeur Peter Salovey, citent également Bill Clinton, dont le « fardeau Levinsky » fut nettement plus léger lorsqu’il fut assumé. Aujourd’hui, il est l’ex-président préféré des Américains, au coude-à-coude avec Barack Obama.

 

 

Pratfall effect : les excuses d'E. Macron devant l'Assemblée nationale

Les derniers articles

  • [Quiz] Femmes actives et précarité, où en est-on ?
  • Apprentissage : ce que contient la réforme 2018
  • Jeux olympiques : les athlètes… des salariés comme les autres ?
  • Métier décalé : ils sont les voix françaises des acteurs américains
  • Cancer et emploi : de la difficulté à construire l’après


  • Les derniers articles

  • [Quiz] Femmes actives et précarité, où en est-on ?
  • Apprentissage : ce que contient la réforme 2018
  • Jeux olympiques : les athlètes… des salariés comme les autres ?
  • Métier décalé : ils sont les voix françaises des acteurs américains
  • Cancer et emploi : de la difficulté à construire l’après
  • Consultez: 47 260 offres

    Déposez votre CV

    Trouvez votre métier


    emploi action sociale emploi assurances emploi Banque emploi BTP emploi communication emploi comptabilité emploi défense, sécurité emploi esthétique beauté emploi Grande distribution emploi hotel emploi informatique emploi immobilier emploi industrie emploi logistique emploi ressources humaines emploi sante emploi secrétaire, assistant(e) emploi tourisme emploi transport emploi vente

    Recrut.com sur les réseaux sociaux

    Facebook Retrouvez Recrut.com sur Facebook   Twitter Retrouvez Recrut.com sur Twitter LinkedIn Retrouvez Recrut.com sur LinkedIn






    © 2018 Recrut.com