Le magazine

Voir le dernier numéro




Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Constat contrasté pour l’insertion des handicapés

07/04/2021

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Les entreprises peinent à atteindre le quota de 6 %  d’employés en situation de handicap.  Le nombre de personnes handicapées sans emploi a bondi de 5,4 % en un an pour s’établir à 486 258 (soit 8,4 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi).

Malgré tout, les professionnels de la question notent quelques évolutions positives, notamment dans la perception du handicap.

Recrutement : le handicap reste un obstacle

Une large majorité, valides comme handicapés, estiment que le handicap reste un fort levier de discrimination dans le processus de recrutement. A compétences égales, ils sont entre 78 et 89 % à estimer que le candidat valide sera recruté en priorité. De manière surprenante, seuls 10 % des sondés en situation de handicap estiment avoir été victimes de discrimination directe de la part de l’employeur ; ils sont même 40 % à n’avoir rencontré aucune difficulté particulière avec leur candidature.

Les principaux freins à l’insertion professionnelle des personnes handicapées est donc ailleurs : dans la concurrence avec les candidats actifs et la compatibilité du poste avec le type de handicap.

Outre le recrutement, le handicap pose également la question du maintien dans l’emploi.  Malgré une évolution très positive (+ 30 % en deux ans), la France est très largement perçue comme en retard sur la question de l’intégration de ses actifs particuliers, notamment concernant l’accompagnement sur le lieu de travail et l’aménagement des locaux ou postes de travail.

Perception : des collègues bienveillants, mais…

En entreprise, la perception du handicap varie fortement selon la nature de ce dernier. Qu’il s’agisse de recrutement ou d’intégration dans les équipes, la cécité et les troubles mentaux sont jugés comme bien plus pénalisants que d’autres handicaps tels que la surdité, l’amputation ou la maladie chronique.

Le lien entre la visibilité du handicap et la difficulté d’intégration qui en résulte n’est donc pas clairement établi. Le handicap mental et la schizophrénie, en particulier, rendent la coopération entre collègues particulièrement difficile pour 80 % des sondés.

Mais il s’agit-là de projection. Les actifs qui sont effectivement en situation de travail avec des collègues handicapés sont 84 % à n’y voir aucune difficulté. Pourquoi ?

Tout simplement que les handi-salariés présentent les mêmes compétences qu’une personne valide (critère cité en premier par 54 % des répondants) et sont donc en mesure d’effectuer leurs tâches sans être entraver par leur situation particulière.  

Dans le cas de handicap plus lourd, la présence d’un collaborateur handicapé au sein d’une équipe peut motiver ses collègues, qui se sentent valoriser dans cette relation d’entraide et se voient contraints d’imaginer de nouvelles méthodes de travail.

Insertion : un triple défi

Ø  La formation. Le recrutement des candidats handicapés est moins entravé par leurs capacités physiques ou mentales que par leur niveau de formation. Selon l’INSEE, 80 % des personnes en situation de handicap ont un niveau inférieur au bac ; elles sont également quatre fois moins susceptibles de recevoir une formation professionnelle. La situation de l’apprentissage est préoccupante : en recul de 3,7 % sur la population globale, il connaît un effondrement de 11 % chez les jeunes handicapés.

Ø  Le respect de la loi. Seules 29 % des entreprises privées respectent le quota de 6 % de collaborateurs handicapés par des recrutements directs ; en comptant la sous-traitance, le résultat monte à 40 %. Encore très insuffisant, mais les avis divergent sur les moyens à mettre en œuvre pour motivés les entreprises. Si les actifs préconisent un renforcement des partenariats entre entreprises et handi-structures, les sondés en situation de handicap plaident quant à eux pour un renforcement de la taxation en cas de non-respect de la loi.

Ø  L’insertion en milieu ordinaire. Pour les entreprises, atteindre le quota rime de plus en plus avec recourir à la sous-traitance de structures spécialisées du type ESAT. Si le taux d’activité et le maintien en emploi s’améliorent, l’insertion en milieu ordinaire se dégrade. Motivés par la loi de 2005 qui leur promet les mêmes chances que n’importe quel salarié, les jeunes handicapés renâclent à travailler en ESAT [voir encadré], qui voient par conséquent leur moyenne d’âge augmenter. Faire sortir les travailleurs handicapés des milieux spécialisés est une nécessité pour remotiver ces derniers et développer la confiance des employeurs.

 

Bilan : il reste du chemin à parcourir

Globalement, un sentiment de mieux semble entourer la question de l’emploi des personnes handicapées. Le ressenti va plus dans le sens d’une amélioration chez les valides (36 %) comme chez les handicapés (29 %) que d’une dégradation (2 % et 8 % respectivement).

Plus de seize ans après l’adoption de la loi sur l’insertion des handicapés de 2005, certains couacs se font encore sentir : manque d’outils pour contrôler le respect des quotas des entreprises, manque de passerelles entre les handi-organismes et Pôle Emploi (d’où l’absence de suivi mensuel des chiffres du chômage des handicapés)…

A chacune de ses interventions sur le sujet, le handicap reste la deuxième cause de réclamations auprès du Défenseur ; 80 % de celles-ci portent sur la question de l’emploi. Pour encourager les entreprises à se montrer davantage proactives, une recommandation est en préparation pour une présentation d’ici la fin de l’année ; les pouvoirs publics semblent donc prêts à s’emparer de cette problématique.

Les derniers articles

  • Alternance 2021 : Les clefs de la recherche d’entreprise
  • Economie circulaire : pourvoyeuse d’emplois recyclés ?
  • Travailler dans le chocolat, mmmm
  • Le BURN OUT, maladie des enfants du siècle
  • Education, carrière : et si on s’octroyait un « droit à l’erreur » ?
  •  

     









    groupama.jpgisefac_ok-1.jpgorange.jpgpigier2017.jpg


    © 2021 Recrut.com