Les sites du réseau



Le magazine

Voir le dernier numéro S'abonner à Recrut.com

Les points de diffusion


Le Guide de l'alternance

Voir le guide Commandez le Guide !




Les prochains salons

  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (...
    le 07/09/2017Voir
  • Forum Emploi Initialis – Recrutement Nati...
    le 12/09/2017Voir
  • Job Salon Carrières Commerciales - Relatio...
    le 14/09/2017Voir
  • Job Rencontres Carrières Commerciales - Re...
    le 14/09/2017Voir
  • LHR Emploi, salon emploi hôtellerie-restau...
    le 21/09/2017Voir
  • Salon ACCESS MBA & MASTERS
    du 22/09/2017 au 23/09/2017Voir

38 683 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Elles créent leur boîte pendant leurs congés maternité

27/02/2017

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Le smartphone dans une main, le biberon dans l’autre, c’est ainsi que s’imaginent de plus en plus de femmes qui profitent de leur grossesse pour lancer leur activité. Entre bébé et business, elles refusent de choisir et rejettent une entreprise qui ne veut plus d’elles ou ne correspond plus à leurs attentes. Elles, ce sont les mompreneurs.

 

 

> Retrouvez l'intégralité de l'article dans le mensuel RECRUT de février

 

Tête dans les nuages, pieds sur terre 

Sans surprise, le phénomène des « mompreneurs » (parfois orthographié mumpreneurs, voire mampreneurs en français) nous vient des Etats-Unis, où il s’est développé dès la fin des années 90. Sur la terre natale du « self-made man » et des « baby showers », elles sont aujourd’hui cinq millions et jouissent de leurs propres émissions radio, télévisées et revues spécialisées. 

Le phénomène repose sur des éléments bien définis: de nouvelles mères qui, par refus du statut de « femmes au foyer », se créent leur propre activité. Aux Etats-Unis, on les appelle aussi les WAHM, work at home mothers (mères travaillant à la maison). Ayant identifié un besoin chez elles ou leur enfant auquel l’offre existante ne répond pas, elles trouvent une solution inédite qu’elles finissent par commercialiser. C’est le cas d’Anne-Laure Constanza, figure phare de mompreneurs françaises, qui lance en 2006 Envie de Fraises après avoir constaté la pauvreté de l’offre vestimentaire pour les femmes enceintes. Parce que l’entreprenariat était jusqu’à très récemment majoritairement masculin, le terrain de la natalité reste encore largement inexploré. Le potentiel d’innovation pour ce nouveau type d’autoentrepreneurs est donc immense, d’autant plus que l’existence d’une clientèle est garantie par le besoin même ressenti par la mompreneur.

La force des femmes

Reste qu’une bonne moitié des entreprises ainsi créés disparaitront avant d’atteindre leur troisième anniversaire, preuve que certaines voient trop grand en s’imaginant gérer de front –et seules– enfant, maison et entreprise. Mais plus encore, ce taux d’échec prouve que l’on ne s’improvise pas entrepreneur et qu’une bonne idée ne suffit pas. Parmi les principaux écueils se trouvent celui du financement. Désireuses de ne pas exposer leur foyer nouvellement formé, les mompreneurs limitent les risques et rares sont les investissements initiaux supérieurs à 10 000 €. Pourtant, pour des raisons de logistique, la plupart privilégie le format du e-commerce, peu gourmand quand il est informel mais dont le coût augmente bien vite s’il l’on prétend atteindre une large audience et sécuriser les paiements. A cela s’ajoute la difficulté à se rémunérer : en moyenne, un entrepreneur met deux ans avant de pouvoir se payer. Le conjoint est donc à consulter car son soutien moral et financier paraît incontournable.

La seconde difficulté frappe tous les entrepreneurs et détermine bien souvent le succès de l’entreprise naissante : la constitution d’un réseau, propre à offrir conseils et contacts. Sur ce point, le moins que l’on puisse dire est que les mompreneurs se serrent les coudes. Associations et forums fleurissent sur internet, qui organisent des rencontres et remises de prix. Sur la principale plateforme française (mompreneurs.forumpro.org), elles partagent leurs expériences avec une conviction, celle que le mouvement n’en est encore qu’à ses prémices et continuera à grandir tant que les entreprises feront de la parentalité un frein à la carrière.  

 

> Retrouvez l'intégralité de l'article dans le mensuel RECRUT de février

Les derniers articles

  • Trois questions sur la réforme du compte pénibilité
  • Emploi : le gouvernement s'engage sur l'économie circulaire
  • Les animaux de compagnie débarquent dans l’entreprise
  • Classer pour licencier : le scandale Sanofi
  • Indemnités prud’homales plafonnées : pourquoi ça fait débat


  • Consultez: 38 683 offres

    Consultez: 32 526 formations

    Les derniers articles

  • Trois questions sur la réforme du compte pénibilité
  • Emploi : le gouvernement s'engage sur l'économie circulaire
  • Les animaux de compagnie débarquent dans l’entreprise
  • Classer pour licencier : le scandale Sanofi
  • Indemnités prud’homales plafonnées : pourquoi ça fait débat







  • © 2017 Recrut.com